• Notre chemin de vie  chanté avec  bonheur par un membre de l'Atelier...

    Auteur : Sandrine AUTANT.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La finalité de la poésie, c'est elle-même.
      

      (L'humanité de l'humanité (2001) )


    votre commentaire
  • Une ode à la liberté et son poétique mode d'emploi !

    publié dans l'Anthologie 2018  CHEMINS

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Poème extrait de :

    Innocentines  paru en 1989 aux éditions GRASSET

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La poésie c'est ce que l'homme a de plus divin dans la pensée ; de ce que la nature visible a de plus magnifique dans les images et de plus mélodieux dans les sons ! C'est à la fois sentiment et sensation, esprit et matière, et voilà pourquoi c'est la langue complète, la langue par excellence qui saisit l'homme par son humanité tout entière, idée pour l'esprit, sentiment pour l'âme, image pour l'imagination, et musique pour l'oreille !

    ( des destinées de la poésie   en 1834)


    votre commentaire
  •  

    Beau poème publié dans l'Anthologie 2017 CHEMINS

    (atelier de Poésie de COGNAC)

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Très beau poème  publié dans l'Anthologie 2017 "CHEMINS"

    de l'atelier de poésie de Cognac.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Poème publié dans l'anthologie 2017

    de l'Atelier de poésies de Cognac  SOURCES.

    Auteur : Gaby

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un poème  sans date  dont le manuscrit 

    conservé par André LARUE

    aurait pu s'intituler  Le Progrès...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • " La plus belle des proses est celle à laquelle se mêle le plus de poésie. "

    (  Les essais choisis (2015) )


    votre commentaire
  • Du courage pour avancer sur son chemin !

    texte publié dans l'Anthologie 2019 Chemins

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Une petite réflexion

    Être ...

    Sensibilité à fleur de peau, à fleur de derme ,
    Ecorché vif par les mots qui enferment
    Malmené, dévasté par la mauvaise foi,
    Souvent l'esprit tente une échappée ou se noie .
    Il se dresse pour reconstruire et faire confiance
    Alors que tout en lui se crispe et crie méfiance.
    Et il aura grand mal à discerner le bien,
    Chacun lui apparaissant comme grand comédien.
    Il s'enfouira sous une carapace solide
    Créant autour de lui une bulle de vide .
    Puis un jour, comme ça, on sait pas pourquoi,
    Elle fendillera , éclatera en le laissant à nu...
    Et le cycle épuisant encore recommencera
    Bousculant les quelques défenses ingénues
    De cette sensibilité à fleur de peau, à fleur de derme .
    Écorché vif par les mots qui enferment

                                                     Gaby


    votre commentaire
  • La poésie c'est suivre son cœur en allant à la fête.
     

    L'épuisement (1994)


    votre commentaire
  • Nez au vent,

     

    Tous sens éveillés,

     

    Le poète déambulait

     

    sur la place du marché.

     

     

     

    L’air chaud ascensionnel

     

    Fondait le bitume

     

    Glissait sous les semelles.

     

     

     

    Vol plané artistique,

     

    Arabesque magnifique !

     

    Point de chute accueillant

     

    Pour poitrine en avant,

     

    Membres écartelés,

     

    Livres projetés,

     

    Sac semant à tous vents !

     

     

     

    Douleur intense

     

    Séjour Urgences

     

    Perfusion , radios et tutti quanti.

     

     

     

    Le poète ne rêve plus,

     

    Il pleure

     

    et espère de toutes ses forces

     

    L’ACCALMIE !

     

     

     


    1 commentaire
  • La poésie est une religion sans espoir. Le poète s'y épuise en sachant que le chef-d'œuvre n'est, après tout, qu'un numéro de chien savant sur une terre peu solide.

     Journal d'un inconnu, De l'invisibilité (1953)


    votre commentaire
  • Un poème prémonitoire  de notre fondatrice aujourd’hui disparue ...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • UN court poème publié dans l'Anthologie 2018....

    Auteur : Corine SAINT-BLANCAT


    votre commentaire
  • Voici un poème envoyé par Francis BELLIARD chanté lors du dernier concert du 31 mai avec les amis de la. Bourrache.

     

    Gaïa

     

    Urgence absolue

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

    « Quand le dernier arbre aura été abattu

     

    Quand la dernière rivière aura été empoisonnée

     

    Quand le dernier poisson aura été pêché

     

    Alors on saura que l’argent ne se mange pas »

     

    Géronimo (Chef apache)

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Plus de 40% de la surface terrestre est couverte de bois et de forêts ;

     

    Plus de 1,6 milliards de personnes dépendent de la forêt pour vivre.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    L'océan Mondial, qui abrite la majorité des espèces vivantes sur Terre (50 à 80 % selon les estimations), génère plus de 60 % des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l'oxygène que nous respirons.

     

    L'océan Mondial régule à plus de 80 % le climat de la Terre. Il joue un rôle majeur dans la température terrestre.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Le bleu de tes mers

     

    Le bleu de tes lacs

     

    Le bleu de ton ciel

     

    Le vert de tes forêts

     

    Le vert de tes prairies

     

    Le vert de tes steppes

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

      peuples nomades

     

    Indiens d’Amérique

     

    Pygmées ou tziganes

     

    Peuple aborigène

     

    Tsataans ou Khazaks

     

    Paisibles bergers

     

    Libres dans le vent

     

    Tout est écrasé

     

    Et tout disparaît

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « On ne vend pas la terre sur laquelle on marche »

     

    Crazy Horse(Chef Lakota)

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Si ce système se maintient, c’est qu’il s’est construit sur une croyance commune bien ancrée en chacun de nous : celle que le bonheur est lié au confort matériel. Les grandes entreprises qui alimentent le modèle économique auquel la grande majorité des États se réfèrent l’ont bien compris et construisent leur fortune sur ce rêve consumériste collectif, faisant fi de la finitude des ressources terrestres.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    La sphère politique est guidée par deux objectifs : la logique électorale et la croissance nationale dans une véritable guerre économique entre pays.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Où sont tes poètes ?

     

    Où sont tes aînés ?

     

    Où est ta sagesse ?

     

    Où est ton honneur ?

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Tu as tout détruit

     

    Les plantes et les arbres

     

    Des insectes aux poissons

     

    En passant par les oiseaux

     

     

    « Les blancs se moquent de la terre, du daim ou de l’ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons des racines, nous faisons des petits trous. Lorsque nous édifions un tipi, nous n’utilisons que le bois mort. L’homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. »

     

    Femme sage de la nation Wintu

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Tu as tout corrompu

     

    Tout défiguré

     

    Tout sali

     

    Ce coin de paradis

     

    Perdu dans l’espace

     

    Tu nous l’empoisonnes

     

    Tu nous l’asphyxies

     

    Tu en as fait un enfer

     

    Tu en fais un désert

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « Quand le sang de tes veines retournera à la mer et que la terre de tes os retournera dans le sol, alors peut-être te rappelleras-tu que la terre ne t’appartient pas, mais que c’est toi qui appartiens à cette terre. »

     

    Sagesse amérindienne

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Tous aveugles et sourds

     

    Mais votez pour moi

     

    Achetez encore

     

    Enrichissez-moi

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Mais que sont les pauvres

     

    Ceux qui meurent de faim

     

    Ceux qui meurent de soif

     

    Ceux que le déluge

     

    Chasse de leurs îles

     

    Mais pauvre imbécile

     

    Mais moi je m’en fiche

     

    Car moi je suis riche

     

    Et moi je survis

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Mais les gyres deviennent progressivement de vastes continents flottants de plastiques, asphyxiant l’océan et contaminant toute la vie marine, et la nôtre, par voie de conséquence.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « Chaque pas qui est fait sur la terre devrait être comme une prière »

     

    Black Elk (Chef spirituel, nation Oglala)

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Il n’y a plus d’amour

     

    Il n’y a plus d’humain

     

    Plus de lendemains

     

    Que des robots qui courent

     

    Et qui ne voient plus rien

     

    Qui n’entendent rien

     

    Et qui ne comprennent rien

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Francis BELLIARD

     

    La Bourrache, le 11/05/19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Citations de :

     

     

     

    • Valérie Cabanès (« Un droit pour la terre », le Seuil éd.) : en italique

    • Sagesse amérindienne (Agenda 2017, chez Joé éd.) : entre guillemets

     

    2

     

     


    votre commentaire
  • Poème publié dans l'Anthologie 2018 "CHEMINS"

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • C'était vendredi dernier ...

    Nous étions rassemblés dans cette accueillante bibliothèque aux rayons bien garnis  pour "dire"  et louer "la beauté"   avec nos poèmes  ou des poèmes  choisis.

    Il y eu  même quelques chansons de circonstance!!!

    Et nous n'étions pas seuls !!!

    En deuxième partie, nous avons eu le grand plaisir d'entendre des haïkus magnifiques , parfaitement mis en valeur par la musique japonaise   instrumentale toute en nuances et résonances cristallines  dont la photo  peut vous donner une idée.

    Un  beau voyage  que nous aurions  prolongé encore et encore ...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •   Extrait  "Des destinées de la poésie (1834)".

    Lire la suite...


    1 commentaire
  •  un  poème  d'Antoine  résolument optimiste  et nouveau membre de notre atelier . Une belle musique , n'est-ce pas ?

     

     

    AUTEUR ; ANTOINE  EUGENE . CE

     


    votre commentaire
  • vendredi 17 mai

    LECTURE - SPECTACLE

    18h30

    Au menu, la poésie japonaise : des textes de Ijima KOÏSHI et Yamasaki EIJI, des haïkus puisés dans les cinq livres du Grand Almanach Poétique Japonais.

    Au chant et au violon Mina SMALL et Anne DUHURT pour les lectures de haïkus.

    L' ATELIER POÉSIE COGNAC animera la première partie de ce début de soirée avec des lectures de leurs écrits sur le thème de la beauté.

    Dany VINET nous offre un avant-goût avec une peinture à l"huile intitulée La Beauté.

     


    votre commentaire
  • et l'un de ses magnifiques acrostiches !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Une soirée très chargée d’émotions sur le thème de CHEMINS et la BEAUTÉ en compagnie de 25 amoureux de la poésie.

    L’Atelier Poésie et le Duo BÉCARRÉ (chanteuse et guitariste) ont à nouveau réussi le mariage entre musique et poésie.
    L’auditoire, très à l’écoute et conquis, a proposé de prévoir une nouvelle rencontre en 2020.
    Merci aux bénévoles de la bibliothèque pour leur accueil. Ce fut vraiment un très beau moment de poésie et de chant.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un  poème  qui invite  à  rêver et à suivre  notre Sandrine , membre de l'Atelier,

    paru dans l'Anthologie 2018 "Chemins"

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un court poème extrait de l'Anthologie 2018 "CHEMINS"

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un poème émouvant et pudique , extrait de " Chemins" ,

     

    Anthologie 2018 de l'Atelier de poésie  de Cognac

     

    ( Photo d'un journal canadien )

     

    Auteur : Cécile KWEE


    1 commentaire
  •  avec Terre des Hommes, les enfants de l'Ecole A. France   et l'Atelier de poésie de Cognac .

    Nous avons encore  vécu hier soir une magnifique soirée poétique  .

    Les enfants  ont présenté , à tour de rôle, leurs poèmes sur la beauté, la pollution, les migrations , alternés avec ceux dits par les membres de l'Atelier de poésie.

    Avec de courtes séquences  d'animation  , de chants ( "on se  bouge "  qui trotte dans tête   encore aujourd'hui)  Terre des HOMMES a su   illustrer avec brio  tous  les thèmes développés...

    Merci à la Bibliothèque d ' avoir  organisé l'accueil  d'un public nombreux et chaleureux .

    Mardi 12 mars avec Terre des Hommes...


    votre commentaire
  • Le coup de coeur de Gaby  pour cette lumineuse poésie ... on a envie de suivre Minou,  mais  chacun en suivant sa propre route  vers les étoiles...

    Auteur : Minou

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique