• Une info envoyée par Dany

    Voici un poème envoyé par Francis BELLIARD chanté lors du dernier concert du 31 mai avec les amis de la. Bourrache.

     

    Gaïa

     

    Urgence absolue

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

    « Quand le dernier arbre aura été abattu

     

    Quand la dernière rivière aura été empoisonnée

     

    Quand le dernier poisson aura été pêché

     

    Alors on saura que l’argent ne se mange pas »

     

    Géronimo (Chef apache)

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Plus de 40% de la surface terrestre est couverte de bois et de forêts ;

     

    Plus de 1,6 milliards de personnes dépendent de la forêt pour vivre.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    L'océan Mondial, qui abrite la majorité des espèces vivantes sur Terre (50 à 80 % selon les estimations), génère plus de 60 % des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l'oxygène que nous respirons.

     

    L'océan Mondial régule à plus de 80 % le climat de la Terre. Il joue un rôle majeur dans la température terrestre.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Le bleu de tes mers

     

    Le bleu de tes lacs

     

    Le bleu de ton ciel

     

    Le vert de tes forêts

     

    Le vert de tes prairies

     

    Le vert de tes steppes

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

      peuples nomades

     

    Indiens d’Amérique

     

    Pygmées ou tziganes

     

    Peuple aborigène

     

    Tsataans ou Khazaks

     

    Paisibles bergers

     

    Libres dans le vent

     

    Tout est écrasé

     

    Et tout disparaît

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « On ne vend pas la terre sur laquelle on marche »

     

    Crazy Horse(Chef Lakota)

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Si ce système se maintient, c’est qu’il s’est construit sur une croyance commune bien ancrée en chacun de nous : celle que le bonheur est lié au confort matériel. Les grandes entreprises qui alimentent le modèle économique auquel la grande majorité des États se réfèrent l’ont bien compris et construisent leur fortune sur ce rêve consumériste collectif, faisant fi de la finitude des ressources terrestres.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    La sphère politique est guidée par deux objectifs : la logique électorale et la croissance nationale dans une véritable guerre économique entre pays.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Où sont tes poètes ?

     

    Où sont tes aînés ?

     

    Où est ta sagesse ?

     

    Où est ton honneur ?

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Tu as tout détruit

     

    Les plantes et les arbres

     

    Des insectes aux poissons

     

    En passant par les oiseaux

     

     

    « Les blancs se moquent de la terre, du daim ou de l’ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons des racines, nous faisons des petits trous. Lorsque nous édifions un tipi, nous n’utilisons que le bois mort. L’homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. »

     

    Femme sage de la nation Wintu

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Homme blanc

     

    Tu as tout corrompu

     

    Tout défiguré

     

    Tout sali

     

    Ce coin de paradis

     

    Perdu dans l’espace

     

    Tu nous l’empoisonnes

     

    Tu nous l’asphyxies

     

    Tu en as fait un enfer

     

    Tu en fais un désert

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « Quand le sang de tes veines retournera à la mer et que la terre de tes os retournera dans le sol, alors peut-être te rappelleras-tu que la terre ne t’appartient pas, mais que c’est toi qui appartiens à cette terre. »

     

    Sagesse amérindienne

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Tous aveugles et sourds

     

    Mais votez pour moi

     

    Achetez encore

     

    Enrichissez-moi

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Mais que sont les pauvres

     

    Ceux qui meurent de faim

     

    Ceux qui meurent de soif

     

    Ceux que le déluge

     

    Chasse de leurs îles

     

    Mais pauvre imbécile

     

    Mais moi je m’en fiche

     

    Car moi je suis riche

     

    Et moi je survis

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Mais les gyres deviennent progressivement de vastes continents flottants de plastiques, asphyxiant l’océan et contaminant toute la vie marine, et la nôtre, par voie de conséquence.

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    « Chaque pas qui est fait sur la terre devrait être comme une prière »

     

    Black Elk (Chef spirituel, nation Oglala)

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Il n’y a plus d’amour

     

    Il n’y a plus d’humain

     

    Plus de lendemains

     

    Que des robots qui courent

     

    Et qui ne voient plus rien

     

    Qui n’entendent rien

     

    Et qui ne comprennent rien

     

     

    Gaïa agonise

     

    Gaïa devient grise

     

     

    Francis BELLIARD

     

    La Bourrache, le 11/05/19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Citations de :

     

     

     

    • Valérie Cabanès (« Un droit pour la terre », le Seuil éd.) : en italique

    • Sagesse amérindienne (Agenda 2017, chez Joé éd.) : entre guillemets

     

    2

     

     

    « Auteur : Vally SABATTINI.Auteur : Corine SAINT-BLANCAT »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :